Les Risques Psychosociaux (RPS)

 

Troubles de la concentration, du sommeil, dépression… Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes liés aux risques psychosociaux. Le phénomène n'épargne aucun secteur d'activité. Indépendamment de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises (absentéisme, turnover, ambiance de travail…).

Les risques psychosociaux regroupent :

  • le stress au travail,
  • les violences internes (commises au sein de l’entreprise par des salariés : conflit, brimades, harcèlement moral…),
  • les violences externes (commises sur des salariés par des personnes externes à l’entreprise),
  • l'épuisement professionnel (ou burn-out),
  • les formes de mal-être, de souffrance, de malaise ressenties par les salariés.

 

Les Risques Psychosociaux

Notre Méthodologie de Prévention des Risques PsychoSociaux

 

Des risques difficiles à appréhender

Faute d’une connaissance suffisante, ou faute d’outils adaptés, les acteurs de l’entreprise se sentent souvent démunis pour lutter contre les risques psychosociaux. Ils butent également sur leurs dimensions individuelles et subjectives car face à une même situation de travail « stressante » ou tendue, les salariés peuvent réagir différemment. Résultat : les actions de prévention menées sont trop souvent uniquement centrées sur les salariés. Or, pour supprimer ou réduire les effets du stress et des violences, il convient de prendre en compte les sources de risques dans l’organisation et l’environnement du travail de l’entreprise.

Une prévention nécessaire

Les risques psychosociaux doivent être gérés au même titre que les autres risques professionnels. Comme l’impose la réglementation, il est nécessaire de les évaluer, de planifier des mesures adaptées et de donner la priorité aux mesures susceptibles d’éviter les risques le plus en amont possible.

Une démarche participative

La démarche de prévention  des RPS proposée par HSE Consulting France se déroule en 6 étapes et  permet une forte participation des salariés et de l'encadrement, permettant  à l’entreprise d’acquérir des compétences en interne et améliorer sa culture de prévention :

  1. Sensibilisation des acteurs de l'entreprise aux risques psychosociaux et pré-diagnostic : Cette étape consiste à faire émerger le risque, notamment par la collecte d’indicateurs déjà disponibles sur le fonctionnement de l’entreprise et la santé des salariés (turnover, production, qualité, temps de travail, accidents du travail, troubles musculosquelettiques, activité du service de santé au travail…).
  2. Constitution d'un groupe projet : Quand la direction a pris la décision de s’engager dans une démarche de prévention, il est nécessaire de constituer un groupe projet représentatif de l'ensemble des salariés concernés afin d’accompagner cette démarche.
  3. Diagnostic approfondi : Après mise en évidence lors du pré-diagnostic de situations de stress dans l’entreprise, il convient d’évaluer précisément son niveau, de repérer les sources de stress en cause et d’identifier les groupes de salariés les plus exposés. Différentes méthodes peuvent être utilisées : observation de l'activité et des conditions de travail, entretiens individuels ou de groupe, questionnaires…
  4. Restitution des résultats : Une fois le diagnostic effectué avec l'implication du groupe projet, les résultats sont communiqués aux différents acteurs de l'entreprise. C’est une étape délicate : elle peut en effet révéler des dysfonctionnements qui font l’objet de déni, ou faire apparaître des écarts importants entre les hypothèses de départ et les résultats.
  5. Elaboration et mise en oeuvre d'un plan d'actions : Il s’agit de proposer des mesures pour réduire les facteurs de risques révélés par le diagnostic et de les hiérarchiser. Le résultat du diagnostic approfondi et le plan d’actions sont à joindre au document unique.
  6. Evaluation et suivi des actions : Pour être complète, la démarche doit inclure l'évaluation du plan d'actions (notamment par le suivi des indicateurs sélectionnés au moment du pré-diagnostic). Cette évaluation permet de réajuster la démarche si besoin.